Musée d'Art Chinois et Ethnographique Missionnaires Xavériens - V.le S. Martino, 8 - Parma, Italie 0521-257.337

La collection Kayapó

Le peuple qui vient de l’eau

 

Pejàtijamy êdjà-kam djà - Grand diadème en plumes jaunes
Pejàtijamy êdjà-kam djà
Grand diadème en plumes jaunes

Les Kayapós vivent dans la forêt amazonienne, sur un territoire représentant plus du quart de l’Italie. Ils sont au nombre de 4 000. “Kayapó” est le nom que d’autres leur ont donné. Pour leur compte, ils se définissent “Mebêngôkre”: “le peuple qui vient de l’eau”. Ils vivent dispersés dans 17 villages qui constituent chacun une entité en soi. Construits dans des zones isolées, les villages kayapós ont normalement une structure circulaire au centre de laquelle se trouve la maison des hommes où s’organise toute la vie du village. Le mythe raconte que ce modèle circulaire de village a été copié sur les ruches des abeilles sauvages. Les Kayapós accordent une grande importance aux diverses fêtes durant lesquelles ils revivent, dans le rite de la danse et dans la joie, le temps des ancêtres et de leur naissance comme peuple.

Durant ces fêtes, “se montrer comme forts et beaux” (mereremex) est ce qu’il y a de plus important. C’est grâce à la passion de P. Renato Trevisan, qui a vécu près de 30 ans (à ce jour) au sein de ce petit peuple de l’Amazonie, que le musée possède de spectaculaires ornements en plumes d’oiseaux, art pour lequel ce peuple est désormais reconnu comme l’un des plus habiles. Il y a également des armes, des ustensiles domestiques en bois et en paille, car les Kayapós n’ont jamais développé l’art du fer et de la terre cuite. L’exposition se propose de faire connaître les aspects les plus significatifs de cette culture : la peinture corporelle, l’art des plumes et les objets artisanaux.

Peinture corporelle. S’inspirant de motifs dérivés de la faune (les peaux ou les carapaces de certains animaux), les Kayapós sont toujours peints en rouge et noir, couleurs données par le mythique ancêtre Bepgorôrôtì. Se peindre le corps est à la fois un signe de reconnaissance de l’individualité et d’appartenance au groupe.

Art des plumes. Les Kayapós excellent dans l’usage des ornements confectionnés avec des plumes d’oiseau, même si on les compare à d’autres peuples utilisant ce même matériau. Ils fabriquent près de 200 coiffes différentes, toujours dans le respect le plus rigoureux de l’environnement et de la faune avicole ; ces coiffes expriment certaines des valeurs majeures de leur culture : beauté, individualité, appartenance, sens de la liberté. Le spectacle coloré créé par ces ornements portés durant les célébrations solennelles est impressionnant : c'est comme si tout un peuple se dotait d’ailes à la poursuite de l'éternel songe de l’Homme qui rêve d’être un oiseau et de voler.

Objets artisanaux. La touche de génie se trouve aussi dans l’emploi de la paille et des fibres végétales qui servent à confectionner leurs modestes et sobres ustensiles domestiques et à orner les armes. L’objet est assimilé à un être humain : il a besoin d’une seconde peau (l’entrelac orné) pour pouvoir, lui aussi, vivre et "manifester sa beauté".

La collection comprend plus de 500 pièces qui font du musée ethnographique de Parme l'une des institutions européennes les plus richement dotées de pièces provenant de ce peuple.