Musée d'Art Chinois et Ethnographique Missionnaires Xavériens - V.le S. Martino, 8 - Parma, Italie 0521-257.337

Afrique : aux origines du mythe

 

Masque Kalunga – Bembe-Fizi
Masque Kalunga – Bembe-Fizi

Lorsqu’eut lieu la séparation entre le ciel et la terre, les hommes s’établirent de leur mieux sur la terre encore déserte : certains dans les vallées, d’autres dans les plaines, d’autres encore sur les flancs des montagnes ou sur les rives des cours d’eau.

Le désordre dans lequel ils vivaient avait créé des maux et des souffrances de toutes sortes : maladies, faim, homicides, querelles entre parents, vols et viols… La haine, la jalousie et le mensonge prirent également racine. Il ne manquait rien en somme.

Voyant cela, Ngoy, le démiurge, alla voir Nkulu, le Primordial, afin de défendre la cause des hommes. l’Être suprême l’écouta parce que Ngoy comme son nom l’indique est “Celui qui complète”, “Celui qui élimine l’imperfection”.

Nkulu plongea dans les eaux du lac Risale, sa demeure, et en ressortit avec une statuette en bois gravé qu’il remit à Ngoy en disant :

« Prends cet objet. C’est le bwanga, “l’énergie ardente” ou “l’énergie opérante”. C’est le remède dont les hommes ont besoin pour apaiser leurs maux. Recommande-leur d’en faire beaucoup d’exemplaires similaires. Un fois le travail terminé, tu me porteras tous les objets préparés. Prends cela comme modèle. »

Ngoy partit avec la statuette et la remit au Grand Voyant afin qu’il en fit d’autres. Le Grand Voyant commença à tailler, sculpter, polir. Il travailla sans arrêt, jour et nuit. Un certain temps passa et finalement, il remit à Ngoy une grande quantité de statuettes aux formes et aux dimensions différentes. Ngoy les amena à l’Être Suprême qui les avait demandées.

Comme il l’avait promis, l’Être Suprême souffla l’énergie opérante sur les objets. Il les appela manga (sing. Bwanga) qui signifie “ce qui diffuse l'Énergie vive”, une “concentration de l'Énergie opérante”.

Depuis lors les hommes recourent à ces objets énergétiques pour soigner leurs maux, entrer en contact avec le sacré et le Génie primordial, avec leurs ancêtres et les autres êtres spirituels.
(Mythe luba sur l’origine sacrée des statuettes).